jeudi 7 juillet 2016

Tisseuse - Le temps de vivre

Il a dévalé la colline
Ses pieds faisaient rouler des pierres
Il ne sentait plus la fatigue
Des sombres années qui l’enserrent

Il n’avait plus d’âge à cette heure
Juste encore un peu de courage
Et d’envie de prendre le large
Ont brisé la morne torpeur

Trop vieux il n’avait rien vécu
Il s’en rendait compte à présent
Il fonctionnait dans la routine
Du labeur et du convenu

Parviendrait-il à la rejoindre
Lui montrer une seule fois
Qu’il pouvait  l’aimer même mal
Son cœur écorché mis à nu

Quelques soient les plaies et les bosses
Il espérait qu’elle put le voir
Comme jadis elle le voyait
Vaillant, loyal et plein de force

Il ne l’entendait pas alors
De cette oreille positive
Et l’avait tenu à distance
Lui qui se pensait sans attrait

Se cachant derrière les contraintes
Les empêchements et les craintes
Il l’avait vu partir lassée
Montrant leur amour dépassé

Rien ne semblait avoir changé
Mais plus terne encore il allait
Comme un robot il avançait
Sans joie ni peine il vivait

Il a dévalé la colline
Ses pieds faisaient rouler des pierres
Il espérait la retrouver
Enfin l’aimer de son vivant

9 commentaires:

  1. on l’espère avec lui, mais les happy end sont rares, hélas !

    RépondreSupprimer
  2. Le malentendu d'amour éloigne quelquefois deux êtres qui pouvaient se rejoindre. En prendre conscience trop tard est douloureux et souvent, irréversible!

    RépondreSupprimer
  3. Malheureux comme les pierres qui roulent sous ses pieds... trop tard ?

    RépondreSupprimer
  4. Voici un poème qui exprime très bien la nostalgie d'un passé et d'un amour que l'on n'a pas su saisir. Quand on arrive au bout de sa vie, les regrets vous accompagnent parfois mais il est souvent trop tard. C'est la vie !

    RépondreSupprimer
  5. On n'a jamais la bonne vision du regard de l'autre sur soi; on aimerait tant qu'il (qu'elle) nous regarde comme on voudrait être vu et on passe toute une vie avec ce décalage, ce jeu de cache-cache, ce jeu de dupe. Le regard de l'Amour est tellement aveugle. Il y a tant à dire, le temps d'en faire une Vie.

    RépondreSupprimer
  6. Pierre qui roule n'amasse p'amour ...
    ¸¸.•*¨*• ☆

    RépondreSupprimer
  7. Ah l'amour fait couler beaucoup d'encre.

    RépondreSupprimer
  8. Ta plume est toujours sobre et bien dirigée Tisseuse, toujours agréable de te lire...

    RépondreSupprimer
  9. Arpenteur d'étoiles9 juillet 2016 à 09:22

    poème mélancolique et l'amour qui fuit dans un retour infini ...

    RépondreSupprimer

Nous avons décidé de ne plus autoriser aucun des commentaires qui ont pour en-tête "Anonyme", même si ces derniers sont signés en fin de commentaire, et même si leurs contenus sont conformes à nos règles de communication.
Bien que l'hébergeur Blogger propose cette possibilité de mise en ligne de commentaires, nous allons vous demander d'utiliser systématiquement un des autres choix qui vous est offert.
Si vous n'avez pas de site personnel, ni de compte Blogger, vous pouvez tout à fait commenter en cochant l'option "Nom/URL".
Il vous faut pour cela écrire votre pseudo dans "Nom", cliquer sur "Continuer", saisir votre commentaire, puis cliquer sur "Publier".