jeudi 6 octobre 2016

Arthur Hidden - En un soir chaud d'automne

La pie grièche

Quand les deux yeux fermés en un soir chaud d'automne que, par un sûr instinct, il pressentait devoir être le dernier, alors qu'il se tenait membres déployés, parfaitement immobile, sur la lame de granit schisteux que toute la journée le soleil avait chauffée, au fur et à mesure qu'il ralentit sa respiration, il sentit plus fortement la chaleur accumulée pénétrer sa poitrine et son ventre nus contre la pierre. Peut-être était-ce une certaine mémoire enfouie dans le système complexe des interactions physiques, chimiques, électriques dont il était constitué qui le poussait à imiter une fois encore, mais d'une manière s'il était possible plus parfaite que d'habitude, la minéralité des feuillets de roche parmi lesquelles il se dissimulait. Pourtant ce jour-là le vieux chasseur ne sortait pas sa langue sensible, mobile. La saison devait en être passée.

Il portait en lui des fragments de son histoire comme la pierre sur laquelle il reposait portait des fragments de mica. Un doigt cassé s'était reconsolidé de travers: témoin de la rencontre passée d'un rival poussé par la même pulsion à l'accouplement que lui. Sa queue arrachée avait repoussé,  grotesquement double: exploit conservé précieusement dans le musée des souvenirs d'un ancien enfant demeuré cruel, mais qui avait cessé depuis longtemps d'être charmant.

Une pie grièche s'abat sur le lézard. D'un coup de bec elle lui casse le dos et clôt l'histoire.

14 commentaires:

  1. Ainsi il n'y a plus de lézard :)
    Ton texte très réaliste m'a mis dans la peau du pauvre saurien. Bravo !

    RépondreSupprimer
  2. Bravo pour cette fable naturaliste, précise comme une illustration de Buffon

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci. J'aime l'idée d'illustration avec cela implique de sécheresse.

      Supprimer
  3. C'est une expérience étrange, de lire votre texte.
    J'ai passé mon temps à ressentir parce que vos images sont très détaillées, avec des phrases qui laissent lieu à l'interprétation.
    Et pour le coup, j'ai pris la fin de plein fouet.
    Bref! J'ai beaucoup aimé.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci pour votre lecture attentive et bienveillante. Je suis heureux de vous avoir découvert

      Supprimer
  4. Arpenteur d'étoiles7 octobre 2016 à 18:40

    la vérité des êtres, animaux aux vies parfois courtes mais pleines ... ce texte m'a énormément plu, la vie est ainsi (et le texte est fort bien écrit !)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. La vie est ainsi mais également autrement. C'est ce que j'aime découvrir en lisant tous nos textes

      Supprimer
  5. Du grand La Fontaine en plus moderne, cruel et naturel, précieux et futile; on sent toute l'expertise du contemplateur avisé et sa conclusion sans morale que l'illusoire de la Vie. Bref: excellent.

    RépondreSupprimer
  6. une triste fin qui passe habituellement inaperçue et que tu nous as fais vivre intensément

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Tisseuse. Mais ce mettre dans la peau d'un lézard ce n'est pas triste !

      Supprimer
  7. Même s'il est triste, ton texte est magnifique!

    RépondreSupprimer
  8. zoz .. ( 'GFécriture )9 octobre 2016 à 16:44

    Hum... comme je découvre cette écriture avec un mélange de bonheur et de stupéfaction ! Agréable de se faire surprendre comme ça. Un texte qui nous laisse circonspect ! J'adore !

    RépondreSupprimer

Nous avons décidé de ne plus autoriser aucun des commentaires qui ont pour en-tête "Anonyme", même si ces derniers sont signés en fin de commentaire, et même si leurs contenus sont conformes à nos règles de communication.
Bien que l'hébergeur Blogger propose cette possibilité de mise en ligne de commentaires, nous allons vous demander d'utiliser systématiquement un des autres choix qui vous est offert.
Si vous n'avez pas de site personnel, ni de compte Blogger, vous pouvez tout à fait commenter en cochant l'option "Nom/URL".
Il vous faut pour cela écrire votre pseudo dans "Nom", cliquer sur "Continuer", saisir votre commentaire, puis cliquer sur "Publier".