samedi 15 octobre 2016

Chri - A la croisée des chemins

Sa première.

Un homme d'un certain âge marchait lentement dans une  ville. Il regardait autour de lui comme s'il voulait pouvoir se souvenir de chaque visage croisé, de chaque vitrine aperçue, de chaque sentiment éprouvé. Dans quelques instants, il y serait. Et puis, c'était un lundi après-midi, il s'est assis sur un banc tout près de l’endroit où il avait rendez vous dans le quart d’heure à venir. Il avait toujours tellement peur de passer à côté des choses qu'il était, le plus souvent, en avance à ses rendez vous. Quels qu’ils soient. Celui là, il l'attendait depuis, environ, deux  semaines. Soit quinze jours à ne penser qu’à lui, à ne vivre que pour lui, à n'avoir que lui en tête. Celle qui lui avait donné, il s'en souvenait précisément, était plutôt jolie, rousse aux cheveux très courts, avec de grands yeux verts clairs et une voix posée, assurée, enveloppante et rassurante, si rassurante. 
Quinze jours à en rêver, à s’en réveiller la nuit, à n’en plus pouvoir se rendormir.
Enfin, il y était. Presque.

Nous étions en début d’après midi, début d’automne… Que des débuts quoi.
L’atmosphère était sereine, l’air était doux. Les feuilles des platanes de l’avenue commençaient à roussir gentiment, quelques unes se détachaient de leurs branches et s'amoncelaient à venir en encombrer les caniveaux.
Si, en plein soleil on ressentait la chaleur de cette lumière éclatante, on  sentait bien une fraicheur nouvelle qu’on avait fait semblant d’oublier.

On le voyait aux vêtements portés sur les trottoirs. Pour les femmes,  finies les jupes ou les robes légères, les chemisiers à manches courtes et les sandales à brides fines, les premiers manteaux étaient sortis des armoires et, ici et là, quelques paires de bottes commençaient à arpenter les bitumes. Pour les hommes rien ne changeait ou presque, ils continuaient de s’habiller n’importe comment. L’été faisait comme si, mais personne n’était dupe, on était en train de changer de monde. Les jours avaient déjà considérablement raccourci et, désormais, il n’était pas si rare d’assister au coucher du soleil en rentrant chez soi. On marchait encore dans les rues à  l’heure où le miracle se produisait. Les terrasses se désertaient un peu plus tôt chaque soir et le pas des gens s’était accéléré. On entrait dans une saison où on ne trainait plus.

Il s'est assis sur le banc d’en face pour vivre pleinement l’instant, pour profiter de ces minutes sans rien, pour se réjouir de la lumière si tranchante, de la douceur encore confortable, du ciel sans nuage, de ces minutes de paix après ces dernières semaines si éprouvantes.
Si nous allions basculer dans une autre époque, il allait, lui aussi franchir une étrange frontière.

C'est ainsi qu'en début de semaine, un homme s'est assis sur un banc, à la croisée de ses chemins, pas très loin de l’endroit où il avait rendez vous  pour... sa première chimio.

Où lire Chri
Où voir ses photos

16 commentaires:

  1. tellement juste !
    combien ce moment que tu décris va parler, hélas, au plus grand nombre, concernés de près ou par des très proches...

    RépondreSupprimer
  2. Concernés ou pas, on ne peut qu'être touché par tes mots simples et mélancoliques. Une saison s'éteint et l'autre plus rude s'installe sournoisement comme cette saloperie qui vient juste de toucher ma famille depuis... hier :(

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. par le truchement d'ici, je t'envoie mille bonnes pensées, à toi et aux tiens

      Supprimer
  3. Au-delà du sujet, du suspense entretenu sur ce premier "rendez-vous", comme est bien décrite l'imprégnation par le "décor" de certains jours importants de la vie. Oui, un texte juste et touchant, sensible et intelligent, tout en petites touches

    RépondreSupprimer
  4. @ Vegas Courage et bataille à vous.

    RépondreSupprimer
  5. Arpenteur d'étoiles15 octobre 2016 à 18:44

    je vis cela en ce moment (ma douce), mais tout est en train de rentrer en ordre grâce à des médecines douces et spécifiques (acupuncture, produits naturels et bio, naturopathie, kiné ...) qui sont extrêmement efficaces et qui accompagnent les produits chimiques violents parfois des chimio ...

    RépondreSupprimer
  6. @ Arpenteur: Courage et lutte armée à vous deux aussi...

    RépondreSupprimer
  7. Arpenteur d'étoiles15 octobre 2016 à 19:00

    Merci Chri
    les chimio sont terminées et désormais, tout va bien !! :o)

    RépondreSupprimer
  8. sacré texte! Ça marque pour longtemps!

    RépondreSupprimer
  9. stouf (dit le crabe)
    Imagine le stouf qu'est sur une plage bretonne en 1976 et il chope un crabe qui lui pince les c... Aîe,ça fait mal ! Alors on l'enmène chez Gustave Roussy dans une ville qui s'appelle Villejuif (ça tombe bien il est juif aussi). Comme il n'a que treize ans on l'installe à l'étage où c'est que y a plein d'enfants qu'ont pas de cheveux (il perdra les siens aussi mais...ça repousse aprés). Là,y a christine,une ado qu'est trés belle et qui le rassure parce qu'il a un peu peur des gens en blouze blanche. Par la suite ils vont vivre le restant de leurs vie ensemble (sans avoir d'enfant,à cause du vieu crabe). Tu penses bien que ce vieu gamin...il sait bien quoi c'est que la croisée des chemins.

    RépondreSupprimer
  10. Le crabe de l'histoire est moins facétieux que celui de stouf ^^
    Mais ton texte est magnifique.
    ¸¸.•*¨*• ☆

    RépondreSupprimer
  11. Après avoir tout lu, je ne sais plus très bien si je veux commenter le texte ou les commentaires du texte.

    En terminant la lecture (du texte), j'ai croisé les doigts, espérant et me disant "pourvu que ce ne soit pas une histoire vraie...". Parce que le texte, sans même considérer la fin, est d'une réelle beauté.

    Quant aux commentaires qui précèdent le mien: Je ne sais pas si ça passe aussi par internet, mais je me permets d'envoyer plein d'ondes positives.

    RépondreSupprimer
  12. @ Minsky Merci à vous.

    PS: "Ça" passe!

    RépondreSupprimer
  13. la force des mots, au delà des chemins, dans la dure réalité de la vie...

    RépondreSupprimer

Nous avons décidé de ne plus autoriser aucun des commentaires qui ont pour en-tête "Anonyme", même si ces derniers sont signés en fin de commentaire, et même si leurs contenus sont conformes à nos règles de communication.
Bien que l'hébergeur Blogger propose cette possibilité de mise en ligne de commentaires, nous allons vous demander d'utiliser systématiquement un des autres choix qui vous est offert.
Si vous n'avez pas de site personnel, ni de compte Blogger, vous pouvez tout à fait commenter en cochant l'option "Nom/URL".
Il vous faut pour cela écrire votre pseudo dans "Nom", cliquer sur "Continuer", saisir votre commentaire, puis cliquer sur "Publier".