mardi 25 octobre 2016

Kakushi Ken - Racines

Il y a des rumeurs dans la nuit profonde, rumeurs de chants et de batailles, d’honneurs et de forces… Ces rumeurs portées par les vents d’antan : des hommes recherchant de nouvelles contrées, des hommes fiers et courageux que les petits hommes nommaient « Berserkers ».

Il faisait partie d’eux, dans la fureur des batailles de la vie et de la mort ; il était avec eux quand le soir tombé ils se réunissaient pour boucler le cycle de vie, prenant les femmes dans la chaleur d’un feu, sur des peaux de bêtes, rugissant leur puissance…

Ils ont fini par le déraciner au cours des brumes hivernales ; ils l’ont jeté aux quatre vents du Temps.
Celui qui est devenu un ruisseau sans source s’est répandu dans le sable, transformant un sol quelque peu malléable en un marécage. Sa vigueur, sa course déterminée par le lit du ruisseau, tout cela a été perdu définitivement…

L’eau vivante a finie par stagner, nauséabonde, en un sol qui ne fut pas le sien ; incapable de remplir son office : celui de donner la vie, de perpétuer le renouvellement, de danser sur les reliefs de l’existence, de rebondir sur les rochers, vivace et joyeuse comme un saumon.

Le combattant s’est perverti, se transformant en un de ceux là qu’ils combattaient… Plus aucun courage, plus aucune ferveur ; il est devenu informe, atone, sans honneur.
Il vit dans un milieu qui n’est pas le sien, sondant l’espace et le temps à la recherche des siens, en vain.

Il n’a pas sa place, ni sa langue, sans culture, sans âme…
Il est un arbre sans racine, un ruisseau sans source…
Il laisse le temps s’écouler, vide...

Où lire Kakushi Ken

10 commentaires:

  1. Terrible contrepied pour un thème rempli d'espoir et de souvenirs divers... mais aussi brûlante actualité. J'aime l'idée et ton interprétation Kakushi Ken

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. En fait, le sujet était de parler de ces racines. Nul besoin de chercher loin pour trouver des sans racine dans notre beau pays. Il suffit que les ancêtres défaillent...
      C'est plus qu'une interprétation, c'est un fait...

      Supprimer
  2. C'est un texte sombre, mais n'en reste pas moins beau.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. La beauté n'est pas que lumière comme le prêche certains...
      Sourire

      Supprimer
  3. On te retrouve tel qu'en toi même dans ce texte très beau et un peu désespéré.
    Et si, à défaut de racines, tu tissais des lianes pour t'accrocher à la vie. Des stolons...
    Bisous Gilles
    ¸¸.•*¨*• ☆

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Voilà une idée qu'elle est excellente !
      Sourire

      Supprimer
  4. Peut être triste, est le récit, mais raconté avec une telle poésie homérique, il est magnifique.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci de l'encouragement...
      Merci vraiment.

      Supprimer
  5. Arpenteur d'étoiles28 octobre 2016 à 14:54

    un texte vraiment poétique et profond et les images que tu nous offres sont fortes, tristes et vraies.
    Je reprendrai bien le com' de Célestine pour monter en haut des arbres, de la canopée et de voir le monde (son monde) autrement

    RépondreSupprimer
  6. Tout comme Celestine je t'invite à lancer des passerelles entre les différents territoires afin que nous soyons tous un jour citoyen du monde.
    Magnifique écrit quoi qu' il en soit, m'a touchée en plein cœur.

    RépondreSupprimer

Nous avons décidé de ne plus autoriser aucun des commentaires qui ont pour en-tête "Anonyme", même si ces derniers sont signés en fin de commentaire, et même si leurs contenus sont conformes à nos règles de communication.
Bien que l'hébergeur Blogger propose cette possibilité de mise en ligne de commentaires, nous allons vous demander d'utiliser systématiquement un des autres choix qui vous est offert.
Si vous n'avez pas de site personnel, ni de compte Blogger, vous pouvez tout à fait commenter en cochant l'option "Nom/URL".
Il vous faut pour cela écrire votre pseudo dans "Nom", cliquer sur "Continuer", saisir votre commentaire, puis cliquer sur "Publier".