lundi 17 octobre 2016

Laura Vanel-Coytte - Ce matin trois cheveux blancs

Dans la glace

Dans la glace en me levant
Ce matin trois cheveux blancs
Me narguent parmi le blond
De mon enfance qui fond

Dans la glace en me levant
Ce matin trois rides me servant
A me souvenir que j’ai souri et pleuré
Ma vie se grave dans ma peau de bébé

Dans la glace en me levant
Mes deux yeux ouverts tout grands
Sur la journée et le monde
Curieuse du beau et de l’immonde

Dans la glace en me levant
Mes seins sont toujours opulents
Et défie ceux que l’abondance
Effraie ; ils préfèrent la pénitence

Dans la glace en me levant
Mon corps réclame des dopants :
Marche, gym, étirement et natation
Reflet de mon âme toujours en tension

Dans la glace en me levant
Les cernes et les yeux brulants
Pourtant toujours avides de mots
Ecrits et d’images en couleurs de mots

Dans la glace en me levant
Mes cheveux courts n’imposant
Aucun temps de coiffage
Sauf masque et lavage

Dans la glace en me levant
Ce matin trois cheveux blancs
Eclairent mon blond d’enfance
Des lumières de l’expérience


11 commentaires:

  1. On ne retient que le blond, le sourire et l'amour des mots

    RépondreSupprimer
  2. pour l'instant, je résiste au blanc... mais ça ne durera pas

    RépondreSupprimer
  3. Les seins opulents et les yeux brûlants...de quoi faire oublier trois cheveux blancs à bien des hommes... ;-)
    ¸¸.•*¨*• ☆

    RépondreSupprimer
  4. les yeux qui me brulent, une autre joie de l'âge pour moi

    RépondreSupprimer
  5. Trois cheveux blancs
    peuvent être charmants
    sur la ligne du temps

    RépondreSupprimer
  6. On a beau regarder dans la glace... On ne les voit pas ces 3 cheveux blancs.
    Simplement une femme qui vit. Qui est dans la vie.
    J'ai beaucoup aimé.

    RépondreSupprimer
  7. Arpenteur d'étoiles20 octobre 2016 à 13:32

    le blanc éclaire et illumine le blond, c'est une évidence ... et la vie est là
    (sinon, je ne suis pas certain que l'opulence des seins effraient) :o)

    RépondreSupprimer
  8. Si, si, ça fout la trouille les poitrines "de rêve", surtout décolletées de trop, on sait plus où placer le regard et on perd ses moyens.
    Quelques cheveux blancs peuvent-ils en tempérer l'impact ?...

    RépondreSupprimer
  9. Trois points en suspens dans la chevelure de ce récit me disent que tout n'est pas fini, Laura ! :)

    RépondreSupprimer

Nous avons décidé de ne plus autoriser aucun des commentaires qui ont pour en-tête "Anonyme", même si ces derniers sont signés en fin de commentaire, et même si leurs contenus sont conformes à nos règles de communication.
Bien que l'hébergeur Blogger propose cette possibilité de mise en ligne de commentaires, nous allons vous demander d'utiliser systématiquement un des autres choix qui vous est offert.
Si vous n'avez pas de site personnel, ni de compte Blogger, vous pouvez tout à fait commenter en cochant l'option "Nom/URL".
Il vous faut pour cela écrire votre pseudo dans "Nom", cliquer sur "Continuer", saisir votre commentaire, puis cliquer sur "Publier".