lundi 10 octobre 2016

Laura Vanel-Coytte - A la croisée des chemins


A la croisée des chemins, la règle est la priorité à droite, c’est écrit dans le code des chemins

La priorité à droite s’efface devant un “stop” ou un “cédez le passage”, confiance à l’humain
Attention et respect sont de mise mais les portables ont pris place dans nos cerveaux et mains

Croiser les chemins, les autres, c’est du pareil au même, pas d’empathie, juste être urbain
Répéter que ma liberté finit où commence celle des autres, et avec nos envies et besoins
Osons le respect de l’autre, le voisin de chemin, ‘immeuble, de transport en commun
Il est vain de parler d’amour si on ne sait pas s’arrêter simplement à la croisée des chemins
S’arrêter et laisser passer l’autre surtout si c’est son droit, c’est un devoir d’être humain
Etre moral comme on nous l’apprenait à la primaire: bonjour, merci, sourire même lointain
Etre souriant par politesse: s’il vous plait, au revoir des codes qui aident les citadins

Dans les carrefours, les intersections mais aussi les ruraux à la croisée des chemins
Etre urbain même à la campagne, à la mer, en forêt ou à la montagne, passer la main
Sourire dans les files d’attente, mettre le portable en sourdine, ne pas infliger son quotidien

Chemins des villes ou des champs, code civil ou humain, pour que le pénal passe son chemin
Habiter le paysage urbain ou naturel comme un passant passionné par un nouveau matin
Etre vivant, vivace mais silencieux, discret en public, ne pas gêner l’autre sur son chemin
Mains propres, pas besoin de recommandation du ministère, c’était dans mon livre d’humain
Il était « moral », pas de grands mots mais des règles de vie en société, pour hier et demain
Ne dénigrons pas le passé, ne décourageons pas l’avenir, vivons seulement ce joli matin
Souriant, sous un soleil noir, poliment gai, gardons nos excès pour nos intimes festins !

9 commentaires:

  1. Rimes riches
    et acrostiche
    beau boulot !
    ¸¸.•*¨*• ☆

    RépondreSupprimer
  2. Je venais de la gauche (sans aucune connotation) alors j'ai laissé passer et pris bien du plaisir à lire cet acrostiche :)

    RépondreSupprimer
  3. Voilà un travail de signalisation superbe... bravo !

    RépondreSupprimer
  4. Je connais 2 ou 3 personnes à qui je devrais lire votre texte... Il coule comme une source et rappelle qu'il est parfois bien de marcher dans les clous.
    Pour le respect de chacun.

    RépondreSupprimer
  5. Célestine: j'ai écrit un recueil d'Acrostiche et un de Bouts rimés, parfois les 2 se combinent
    Minsky: un coup de gueule que j'ai mis en forme contre l'irrespect ambiant
    Merci à tous les 4

    RépondreSupprimer
  6. stouf (en sens inverse)
    Etre un visible,bien règlé,céder le passage,un limes romain ou...sisyphéen,ne se laissant point berné par les autocrates épistolier de chez carrefour.

    RépondreSupprimer
  7. Un joli cours d'éducation civique, qui rime avec le savoir vivre !

    RépondreSupprimer
  8. Arpenteur d'étoiles13 octobre 2016 à 16:15

    bel acrostiche et rimes riches.
    J'aime ... et quant à moi dans les croisements je rêve souvent d'aller où je ne dois pas aller :)

    RépondreSupprimer

Nous avons décidé de ne plus autoriser aucun des commentaires qui ont pour en-tête "Anonyme", même si ces derniers sont signés en fin de commentaire, et même si leurs contenus sont conformes à nos règles de communication.
Bien que l'hébergeur Blogger propose cette possibilité de mise en ligne de commentaires, nous allons vous demander d'utiliser systématiquement un des autres choix qui vous est offert.
Si vous n'avez pas de site personnel, ni de compte Blogger, vous pouvez tout à fait commenter en cochant l'option "Nom/URL".
Il vous faut pour cela écrire votre pseudo dans "Nom", cliquer sur "Continuer", saisir votre commentaire, puis cliquer sur "Publier".