jeudi 11 octobre 2018

Tiniak - Les Titres de Charles

Et Pourtant

Il m'a suivie jusqu'à Rhamnante !
Poisson, rongeur ou vol de l'oie
il était toujours après moi
voulant que je sois sa servante
...et pourtant

La cité brûle dans mon dos
Je sais... Je sais... Tu me l'as dit
"Ne te retourne pas"; tant pis !
dans mes pas pleure mon ego
...et pourtant

Je vais, dans la malédiction
(oui, quoique j'en aie plein les bottes)
jetée sur moi, triste Melmoth
le doigt de Lucifer au front
...et pourtant

Au bouche-à-bouche tient le verbe
dans l'espoir qu'il en subsiste un
moins quatre cent cinquante-et-un
pour un seul écrivain en herbe
...et pourtant

'Virgin Suicides' est mon témoin
que j'haïsse ou j'aime papa
se consument nos copeaux, là
où l'aiguille résiste au foin
...et pourtant

Nous voici devant toi, Psyché
prêts à tenir notre mission
main dans la main, en rigodon
empreints de ton éternité
...et pourtant

Où ne pas tenir l'esprit pour acquis ni acquit de conscience...

10 commentaires:

  1. Ces octosyllabes et ces copeaux-là montrent bien de quel bois précieux est fait le polète !

    Bravo, musicien !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le musicHien savoure le compliment, vu que t'en es un autre, mon pautre !

      Supprimer
  2. j'ai entendu ce texte comme des pleurs antiques des grandes figures mythiques pour lesquelles la vie est une éternelle tragédie

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Léa, la femme (sans nom !) de Loth, Melmoth (ou l'Homme Errant), Fahrenheit 451 (et le film de '66), Sofia Coppola (fille de.... 'Apocalype now') et nous, devant l'âme.
      Notre civilisation touche à sa fin, comme tant d'autres, sans le savoir.
      ...et pourtant, combien d'avertissements nous donnent l'Histoire et la littérature ?... #mwef

      Supprimer
  3. Tu fais rimer mission avec rigodon, le verbe et l'herbe... Moi qui ne touche pas un calot, je dis chapeau ! ];-D

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je te remercie d'apprécier, Andy ! ;)

      Supprimer
  4. Je retiendrai ces copeaux-là... n'en déplaise à Sofia :)

    RépondreSupprimer
  5. Ben oui, tout fout le camp ! Et pourtant...

    RépondreSupprimer
  6. Même au bout de quatre cent cinquante et un verbe, tu me troubles et m'étonnes toujours... ;-)
    •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

    RépondreSupprimer

Les commentaires sont précieux. Nous chercherons toujours à favoriser ces échanges et leur bienveillance.

Si vous n'avez pas de site personnel, ni de compte Blogger, vous pouvez tout à fait commenter en cochant l'option "Nom/URL".
Il vous faut pour cela écrire votre pseudo dans "Nom", cliquer sur "Continuer", saisir votre commentaire, puis cliquer sur "Publier".