mardi 19 mai 2015

Clémence - 4h du mat

4 heures du mat, et vous êtes sans clé, sans bagnole, sans toit, et sous la pluie.  Oui mais, ça, c'est à la fin !

Faudrait  tout de même remonter à quelques bonnes heures !

Une journée de boulot,
- après vous être levée aux aurores ; pas besoin de vous faire un dessin de cernes en cuvettes et de paupières en accent grave ou aigu !
- après avoir fait des heures de transport en commun, serrés comme des sardines ;  pas besoin de vous faire un dessin !
- après avoir salué vos collègues qui font la tête en voyant la vôtre et vice-versa ; pas besoin de vous faire un dessin !

Bon, une journée de boulot dont je vous tairai les détails les plus agaçants, les plus horripilants. Mais je vous dirai tout de même les joies des sourires, des mains tendues, des remerciements et autres témoignages de civilité.

Et comme toutes les choses ont une fin, cette journée de boulot en connaît une aussi. Je vous passe les détails, je saute quelques cases et me voici assise (ouf) dans le train. Mais celui-ci ne fera pas son rail tranquillement. Brutalement, il cale en pleine campagne. Devinez pourquoi ! Je vous le donne en mille, un bovidé s'est pris l'envie d'un suicide ! Je me répète : j'ai de la chance d'avoir trouvé une place assise ! J'ai  de la chance….de la chance… si on veut l'entendre ainsi….

Je quitte la gare, hagarde !
Sac à main d'une main,  sac fourre-tout de l'autre, je trottine sur le chemin du retour à la case départ.
Elle est bonne, celle-là ! Case départ. Oui, la casa, la maison quoi !

L'avenue, le carrefour, la route qui monte, qui tourne, qui passe sous les immenses arbres peuplés de corneilles hurlantes, l'escalier,  puis traverser le parc, ...
Le ….Mince alors. Ce soir, c'est le cours d'anglais, le cours où c'est moi qui apprends l'anglais. Je redescends les marches et file dans la direction du bahut.

Retrouvailles en points d'exclamations et version crescendo… « Comment vas-tu… depuis le temps... »
Tu parles, depuis 15 jours… mais ce soir marquera la fin de cette session.

L'ambiance est quelque peu électrique et le prof doit rappeler régulièrement à l'ordre...
Ouf, vingt et une heures trente, c'est fini . La bande de trentenaires s 'égaie comme une volée de moineaux.
Certains, bien sagement, rentrent chez eux
D'autres, dont moi...direction… le pub.

La fête fut rude : pour la tête et les oreilles, pour le foie, pour la bourse aussi !
Les tournées se succèdent, les paris aussi.
Minuit…. Ne serait-il pas l'heure de se dire au revoir ?
Une heure… la bande est  toujours au grand complet au grand désespoir du tenancier !
Deux heures, un autre bistrot.
Trois heures, une autre destination.

Quatre heures du matin,  les cloches qui  informent à toute volée !

Je me tâte… oui, c'est bien moi.
Ma tête, elle fait mal, juste un peu.
Mes deux bras, mes deux jambes.
Je suis intacte.  Mais où suis-je ???

Ça, ça fait partie d'une autre histoire…

Je suis plantée comme un if au milieu d'une esplanade sans frontière. Pas une seule bagnole à l'horizon.

J'ouvre  mon sac  qui  bée dangereusement : plus de clés, plus de porte-feuille, vide, désespérément.

C'est alors que la pluie s'est mise à tomber. Mais c'est qu'elle tombe drôlement cette pluie, on dirait qu'elle me caresse le visage et clapote sur mon front….

- Madame, madame... tout va bien, vous avez juste eu un coup de chaleur….

6 commentaires:

  1. Rien de tel que la rain pour les heatstrokes... mais il ne faudrait pas abuser des after-cours d'anglais!

    RépondreSupprimer
  2. ; ) ... d'où les plaisirs de l'apéro rosé frais à l'ombre des platanes ... sur le cours...of course ! ;)))

    RépondreSupprimer
  3. Le train, le cours d'anglais, le bistrot, la défaite cérébrale et le réveil sous la pluie, sacré programme...

    RépondreSupprimer
  4. on peut dire qu'elle a eu chaud finalement :)
    car ça aurait pu être pire : 4h du mat, et sous l'abribus (comme le personnage de JCP)

    RépondreSupprimer
  5. La joie des soirées arrosées !

    RépondreSupprimer
  6. ''Les tournées se succèdent''......jusqu'à faire tourner la tête!!A éviter absolument....surtout après le cours d'anglais!!!

    RépondreSupprimer

Nous avons décidé de ne plus autoriser aucun des commentaires qui ont pour en-tête "Anonyme", même si ces derniers sont signés en fin de commentaire, et même si leurs contenus sont conformes à nos règles de communication.
Bien que l'hébergeur Blogger propose cette possibilité de mise en ligne de commentaires, nous allons vous demander d'utiliser systématiquement un des autres choix qui vous est offert.
Si vous n'avez pas de site personnel, ni de compte Blogger, vous pouvez tout à fait commenter en cochant l'option "Nom/URL".
Il vous faut pour cela écrire votre pseudo dans "Nom", cliquer sur "Continuer", saisir votre commentaire, puis cliquer sur "Publier".