mardi 12 mai 2015

JCP - Reflets

Le voyage du rayon de soleil


Aux confins des grandes vacuités,
Là où le jour jamais ne s'endort,
Un rayon de soleil attristé
Se lamentait de son pauvre sort.

- On ne fait rien que rayonner,
Morne destin d'une vie bornée
Disait-il, à produire lumière
Sans connaître ce qu'on en peut faire.

Un beau jour de ces jours sans fin,
Il s'échappa de la chaude étreinte
Pour aller courir le monde enfin,
Et voir de plus près toutes ses teintes.

C'est ainsi qu'il se porta sur terre.
Mais la parcourant de ses grands pas
Ce qu'il y vit ne le ravit pas,
Car on y faisait partout la guerre.

Certes on pouvait voir des montagnes
Reflétées dans des lacs aux eaux bleues,
Ou les arbres des vertes campagnes
Montrer le soir des reflets de feu.

Et pourtant ce décor trompeur
Abritait la mort comme la peur.

Le rayon tête basse
Laissa les terriens,
Et d'humeur lasse
Rejoignit les siens.


12 commentaires:

  1. Si les hommes réfléchissaient plus, leur reflet n'en serait que plus beau... et pacifique

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. On peut le dire et c'est bien dit, mais l'espoir est mince...
      Je fais partie de ces rétrogrades qui déclarent que l'homme disparaîtra de la planète des séquelles de son intelligence. La planète "bleue" sera enfin tranquille et belle.
      "Tout progrès de la science devrait être vu comme un ennemi possible" ; Aldous Huxley

      Supprimer
  2. on est mal barré si même le soleil se lasse de nous :(

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ouais, surtout s'il nous lâche en plein réchauffement climatique...
      Ça fait froid dans le dos, tiens.

      Supprimer
  3. Un soleil déçu qui rentre au bercail à cause des hommes...cela pourrait bien arriver, JCP!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Alors, une nuit profonde s'établira sur la terre !

      Supprimer
  4. L'histoire d'un rayon de lumière ?! - c'est la première que je lis ... ;o) Très bien écrit.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour Zoz,et merci ; on se dit parfois que tout a été écrit... et qu'on marche sans les voir sur des traces déjà faites... va savoir...

      Supprimer
  5. Un façon très élégante de parler de la déception....

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Clémence, qui nous prouve que les rayons n'ont pas d'âme...
      Qui s'attache à notre âme et la force d'aimer...
      ben voici du Lamartine, tiens.

      Supprimer
  6. J'aime beaucoup l' histoire de ce'' rayon de soleil attristé'':o(

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ces rayons se faufilent partout aussi ; enfin...
      quoi qu'en ce moment on ne les voit guère : serait-ce le début de la fin des temps ?...
      Nous abandonneraient-ils ?...

      Supprimer

Nous avons décidé de ne plus autoriser aucun des commentaires qui ont pour en-tête "Anonyme", même si ces derniers sont signés en fin de commentaire, et même si leurs contenus sont conformes à nos règles de communication.
Bien que l'hébergeur Blogger propose cette possibilité de mise en ligne de commentaires, nous allons vous demander d'utiliser systématiquement un des autres choix qui vous est offert.
Si vous n'avez pas de site personnel, ni de compte Blogger, vous pouvez tout à fait commenter en cochant l'option "Nom/URL".
Il vous faut pour cela écrire votre pseudo dans "Nom", cliquer sur "Continuer", saisir votre commentaire, puis cliquer sur "Publier".