mardi 21 novembre 2017

Tisseuse - Vide-greniers

Dans ce grenier
Y aurait-il des plumes des bureaux d’écoliers
Et dans le silence des encriers
Resterait-il des pleins et déliés

Ou n’est-ce que le vide
Qui commande à mon clavier
Des mots qui s’évident
Echappant à tout atelier

Ma muse est perfide
Et me laisse mortifiée
Alors qu’elle décide
De me défier

Je reste timide
A quoi bon le nier
La belle est limpide
Et moi trop anesthésiée

Dans les vide-greniers
Des beaux quartiers
Trouverais-je un stylo en acier
Qui me forgerait un style approprié

Ou bientôt m’en irais-je livide
Mettant un point à mon courrier
Le jugeant par trop insipide
Assez bon pour un gratte-papier

18 commentaires:

  1. #Adopteunsergentmajor !

    Très obéissant, très souple, il peut aussi servir à autre chose qu'à écrire ! Jouer au petit soldat, faire le lit au carré, etc. ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. pas con !
      :)
      mais, étant, très gourmande, et native de l'ancienne région Rhône-Alpes, ce serait plutôt un Mont Blanc pour ma part...entre dessert et défi !

      Supprimer
    2. Tisseuse est connaisseuse !
      Un Mont-Blanc...mon rêve.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    3. ah ! Célestine, nous avons des goûts précieux :)

      Supprimer
  2. Je te fais confiance pour tenir tête à ta muse perfide, Tisseuse !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. je tiens tête, et je ne perds pas pied :)
      j'ai même repris un peu de poil de la bête depuis quelque temps....

      Supprimer
  3. Qu'elle est jolie cette première strophe pleine de douce nostalgie...
    Le temps des cahiers neufs et des porte-plumes.
    Tu l'a bien matée, ta muse ! ;-)

    ¸¸.•*¨*• ☆

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. et cependant je ne suis pas nostalgique de l'écriture à la plume...

      je materais plutôt quant à moi les apollons, mais à dieu va, les muses aussi :)))

      Supprimer
  4. J'ai connu les plumiers, les encriers de faïence ainsi que les plumes sergent major, qui obligeaient les écoliers à tenir leur porte plume de façon "académique" sino c'était le pâté !!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. moi, un peu aussi, mais peu de temps tout de même :)

      Supprimer
  5. Tu n'as pas besoin d'un stylo de luxe pour avoir un style élégant Tisseuse.
    Continue à taper sur ton clavier, ça me va.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. c'est vraiment gentil Marité
      et tant que je ne te tape pas sur le système :))))

      Supprimer
  6. Une écriture douce dans une plume Sergent-Major...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. une douceur un peu piquante du coup :)

      Supprimer
  7. J'aime beaucoup, entre autres, ton "silence des encriers", belle trouvaille.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci à toi :)
      j'aime à croire qu'on pourrait encore voir l'essence des mots des disparus surgir de ces encriers abandonnés...

      Supprimer
  8. J'ai renoué délibérément avec le stylo-plume et l'encrier, l'ordi est là pour transcrire, pas pour créer :-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. c'est une jolie pratique, en effet :)
      mais il me semble, quant à moi, que n'importe quel support peut nous permettre de créer

      Supprimer

Les commentaires sont précieux. Nous chercherons toujours à favoriser ces échanges et leur bienveillance.

Si vous n'avez pas de site personnel, ni de compte Blogger, vous pouvez tout à fait commenter en cochant l'option "Nom/URL".
Il vous faut pour cela écrire votre pseudo dans "Nom", cliquer sur "Continuer", saisir votre commentaire, puis cliquer sur "Publier".