samedi 3 mars 2018

TomTom - La rumeur

Foudre invisible et imprévisible, je m’abats au hasard
De mes coups je frappe jusqu’aux innocents
Sécheresse sans pitié sur un sol jaunissant
Je vous mords tel un serpent déguisé en gentil lézard

Anguille infernale, je glisse entre les mains de ma victime
Celle qui panique devant le mystère de ma création
D’où je viens ? Tous ignorent les détails de ma conception
Seul mon bruit résonne dans les plus profonds abîmes

Car ma vérité se suffit à elle-même et envahit l’espace
Je suis sur toutes les lèvres, rentre dans toutes les oreilles
Les faits révélés ne me rattrapent pas car je suis sans pareil
Pour pénétrer conscience et inconscient des crédules masses

Si très souvent je ne tue pas, je peux parfois ruiner des vies
Quand les Hommes ne s’occupent de la leur, ils lancent alors la rumeur qui détruit.

20 commentaires:

  1. Un néant bruyant qui du néant sort
    et qui peut faire du mal

    J'ai aimé ton analyse poétique

    RépondreSupprimer
  2. Moi je n' ai rien vu, rien entendu et je n' en dirai rien, na !

    RépondreSupprimer
  3. Si je tenais celui qui a inventé les oreilles !

    RépondreSupprimer
  4. Un portrait de Dame Rumeur très bien fait, angoissant même

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Parce que la rumeur m'angoisse, mais merci :)

      Supprimer
  5. Tout est dit et de façon si poétique !

    RépondreSupprimer
  6. Foule invisible
    Anguille infernale
    La rumeur qui détruit.

    Les bons mots.
    (Accessoirement, on pense à l'air de la calomnie de Mozart ou de Rossini)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Non, pardon, bien sûr c'est :
      Foudre invisible !

      Supprimer
    2. Ravie que tu aies pu mettre mes mots en musique dans ta tête :)

      Supprimer
  7. La rumeur, un courant d'air qui apporte la grippe...

    RépondreSupprimer
  8. Tu as défini la rumeur de façon lucide et poétique. Ses relents peuvent être effectivement catastrophiques mais il n'en reste pas moins qu'elle ne laisse personne indifférent.

    RépondreSupprimer
  9. Une très juste déclaration poétique sur les dégâts de ce fléau ! bravo !

    RépondreSupprimer
  10. Le bestiaire de la rumeur est impressionnant et tellement vrai !
    Serpents, anguilles, viles bestioles toujours prêtes à fondre sur nous.
    Bravo Tom tom ;-)
    ¸¸.•*¨*• 🦋

    RépondreSupprimer
  11. Mais non Tomtom, tu fabules, ça n'existe pas ! C'est encore un complot lancé depuis un cabinet noir de l'Elysée ! ;-)

    RépondreSupprimer

Les commentaires sont précieux. Nous chercherons toujours à favoriser ces échanges et leur bienveillance.

Si vous n'avez pas de site personnel, ni de compte Blogger, vous pouvez tout à fait commenter en cochant l'option "Nom/URL".
Il vous faut pour cela écrire votre pseudo dans "Nom", cliquer sur "Continuer", saisir votre commentaire, puis cliquer sur "Publier".