dimanche 25 février 2018

Cavalier - Lune de sang

De petits pas pour l’homme
J’ai observé la lune de sang broncher

- où étais-je ? Elle a dardé ses rayons à travers mon visage dans l’équerre des mots.

Les taches rubis de ses cratères bouillonnants étaient au-delà des nuées, insolentes de fureur – elles étaient comme ces grands tourbillons qui se lamentent et qui tournoient sans fin à l’angle des Bermudes.
Quand elle avait trop bronché, elle piaffait : c’est se plaindre, alors j’ai marché de front contre mes faiblesses, j’ai accroché des parapluies d’étoiles à ses nuages noirs sous mes touches tendues, sous mes défenses d’y croire, sous mes détours trop vains de verres en demi-lunes…
J’ai observé la lune de sang broncher - où étais-je ? Et puis soudain, puisque le verbe tu ne peut retenir encore toujours la paroi d’équilibre, elle a tourné la face et mit les yeux ailleurs, le sol marbré de verve sous nos pas effacés…



16 commentaires:

  1. Excellent, j'aime tes mots si judicieusement et si poétiquement assemblés.
    Grand style et pleine inspiration, j'ai lu et relu, je citerais tout.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. merci merci JCP

      à te lire aussi poète

      :)

      Supprimer
  2. C'est ciselé et féérique... j'ai lu à petits pas, sans modération

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. merci vegas pour ce com féérique lui aussi

      :)

      Supprimer
  3. "j’ai accroché des parapluies d’étoiles à ses nuages noirs"
    Joli ! Chapeau l'artiste, tu reviens quand ? ];-D

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. merci Andiamo
      et je reviens sur le texte d'après .... :)

      Supprimer
  4. j'aime beaucoup les images créées par ton texte
    j'ai rêvé....à la lune :)

    RépondreSupprimer
  5. J’ai vu Cavalier, moi la lune rouge de ses distances écartelées. Il tenait dans ses doigts la carte d’un monde enfoui sous les pétales scintillants du ciel de nuit. Une carte céleste de constellants espaces, où il manquait un point virgule : j’ai posé sur ses yeux endoloris par tant de nuits de veille, le voile de sang d’un point d’amour.
    Moi, la lune de sang qui bronche quand il me caresse.
    ¸¸.•*¨*• ☆

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. que c'est beau et poétique farfallina blu
      j'aime cette lune rouge comme tu la dis

      il manquait bien un point virgule en effet
      un point c'est tout

      :)

      Supprimer
    2. fffrrrrtttt !! (battement d'ailes d'un papillon content)

      Supprimer
  6. merci beaucoup
    oui, Tomtom c'est cela aussi en effet

    :)

    RépondreSupprimer
  7. Quel marteau (singulier) : "alors j’ai marché de front contre mes faiblesses, j’ai accroché des parapluies d’étoiles à ses nuages noirs sous mes touches tendues, sous mes défenses d’y croire, sous mes détours trop vains de verres en demi-lunes…" !!! Bravo !!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Non, mais... C'est à pleurer, quoi ! Je bisse !!

      Supprimer
  8. merci merci à toi ami tiniak pour tous tes mots dits là

    RépondreSupprimer

Les commentaires sont précieux. Nous chercherons toujours à favoriser ces échanges et leur bienveillance.

Si vous n'avez pas de site personnel, ni de compte Blogger, vous pouvez tout à fait commenter en cochant l'option "Nom/URL".
Il vous faut pour cela écrire votre pseudo dans "Nom", cliquer sur "Continuer", saisir votre commentaire, puis cliquer sur "Publier".