jeudi 8 février 2018

Célestine - Le chat me fixe

Je la fixe de mes yeux pers aux étranges rayons. 

Ma maîtresse a des grâces de chatte au lit le matin sous l'empyrée céleste noyé de nuages brumeux où elle passe ses nuits de jade et de velours. Elle traîne derrière elle un mystérieux parfum, une atmosphère suave et moite de roseau et de fleur, embellie chaque jour des promesses d'un nouveau jour.
Ma maîtresse aime les fables que raconte le ciel à travers les étoiles. Elle écoute festoyer dans la Voie lactée d'improbables dieux grecs, se battre à coup de tonnerre galactique Hercule contre Orion. Elle court sous la feuillée à demi-dévêtue dans l'espoir d'apercevoir dans un coin de l'azur Circé ou Perséphone. Et les tempêtes qu'elle préfère sont celles du soleil.
Ma maîtresse noie dans le lait son paradis et mon enfer, accrochant des éclairs de lune à son corsage et des diamants à ses yeux pâles d'avoir trop veillé. Des vagues de songes lui prennent l'âme tandis qu'elle contemple l'horizon infini, et quand elle me caresse sous ses doigts alanguis, j'aimerais être  son ami, son amant, son mari ! Mais je ne suis qu'un chat.
Et voilà qu’elle me quitte pour aller retrouver ses bonheurs d'astronome...Son septième ciel...Ô Betelgeuse, et Altaïr, princesses de la nuit, et Vega la rebelle en toge de brocart, et toi Antarès au cœur si flamboyant, ne me la prenez pas trop longtemps, j'aime tant ses caresses et le feu de ses mains sur mes pattes endormies.


26 commentaires:

  1. Moi - Vegas le rebelle - j'ai goûté jalousement ces instants partagés entre un chat verni et sa maîtresse

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le chat verni, c'est aussi une spécialité chinoise, comme le canard laqué ? ;-)
      Bisous cher rebelle
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  2. Très beau texte, élégant et poétique...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est très gentil, Maryline.
      Merci beaucoup
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  3. il se joue une sensualité entre chat et humain qui est, il est vrai, déroutante, et que tu nous a bien livrée ici :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'en sais quelque chose chère Tisseuse, c'est du vécu ! ;-)
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  4. Célestement beau, Célestine, j'aime ta prose sensible.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh comme c'est un céleste commentaire, ça, JCP !
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    2. Je présume ne pas être le premier à te le faire, prénom oblige.

      Supprimer
    3. Même si tu étais le millième, cela me ferait autant plaisir.... :-)
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  5. Sûr Ségur, nous avons la même délicatesse, dans mon texte tu n'as pas saisi l'ode à l'amour maternel, cette femme qui sacrifie les greffiers sur l'autel de l'horreur... Afin de satisfaire son Cricri adoré ! Pfuuuu. ];-D

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, j'avoue que je manque cruellement de poésie concernant ton texte, mon Andiamounet...Ah moins que je ne manque tout simplement d'amour maternel ?
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  6. Comme c'est joli. Si ce n'est pas de l'amour de chat cela... ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'avais un chat très littéraire...il m'aimait d'amour, j'en suis sûre.
      ;-)
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  7. qu'est-ce que c'est beau

    des mots pleins de grâce, éthérés

    une prose qui fait rêver, et ce chat qui aurait pu lui dire :

    Écoute sourdre les fontaines
    Écoute rire les cigales
    Écoute sans bruit

    Rêve, danse au milieu des étoiles
    Goûte au rayon de lune
    Vole, va cueillir les comètes accrochées à la nuit

    Écoute, rêve, envole-toi, et je te réveillerai

    Et toi, tu m’aimeras…

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Touchée au coeur, Cavalier !
      Comment ne pas craquer en entendant les mots si convaincants de ce chat ? ;-)
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  8. Très belle poésie en prose. Ce chat a des lettres et de la délicatesse !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah chère Lira...Un de ses ancêtres était chat à temps plein chez Colette.
      A moins que ce ne fût chez Léautaud ? ;-)
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  9. Célestine ☆, là, bien nommée - fée-ligne ! tu m'as raccommodé un ciel épique où j'aimais balader quelque trois dieux poussifs parmi une bonne douzaine d'inventifs, sanguins et capricieux dont j'ai la nostalgie, parfois - et non par foi ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah cher Tiniak, tu me vois ravie d'avoir ravivé ces souvenirs !
      L'astronomie est une seconde nature chez moi...
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  10. Un texte plein de volupté, comme les chats quoi !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Miaou voluptueux pour toi, Tomtom
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  11. Ah, Célestine on voit bien que tu es chatte toi-même ! S'ils parlaient, tous ces chats amoureux des lettres, ils parleraient comme toi.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tout à fait, d'ailleurs dans une autre vie, j'ai été chatte.
      Il m'en reste quelque chose ^^
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  12. Même quand tu te déguises en chat on reconnait ta patte... de velours !

    RépondreSupprimer

Les commentaires sont précieux. Nous chercherons toujours à favoriser ces échanges et leur bienveillance.

Si vous n'avez pas de site personnel, ni de compte Blogger, vous pouvez tout à fait commenter en cochant l'option "Nom/URL".
Il vous faut pour cela écrire votre pseudo dans "Nom", cliquer sur "Continuer", saisir votre commentaire, puis cliquer sur "Publier".